Entrepreneur du mois d’octobre : Édouard Bonnefis

Du haut de ses sept ans, Édouard Bonnefis s’emballait à l’idée de servir les clients du Café-boulangerie Paillard tous les samedis.

 

Le petit Édouard se sentait honoré de pouvoir aider celui qu’il idolâtrait : son papa si travaillant, une qualité qu’il admire et qu’il possède. « J’adorais jaser avec les clients. Pour moi, travailler pendant que mes amis jouaient le weekend n’était pas une corvée; j’aimais bien ça! » Ce n’est que l’an dernier, deux ans après que son père ait vendu la pâtisserie, qu’Édouard Bonnefis a quitté cet emploi qui lui a fait découvrir sa passion pour les relations humaines. « Mon père voulait que j’apprenne la valeur de l’argent tôt, alors il m’emmenait travailler pour servir les clients et m’apprenait à gérer mon argent. Au début, je n’avais que sept ans et je ne pouvais passer la tête au-dessus du comptoir alors je montais sur une caisse de lait pour servir nos clients! J’ai ensuite gravi les échelons en travaillant dans tous les postes du commerce, du service à la clientèle jusqu’à la gestion des réseaux sociaux en passant par la gérance. » Le jeune Bonnefis est reconnaissant envers son père, professeur et coordonnateur du programme de Gestion d’un établissement de restauration au collège Mérici, pour les valeurs qu’il a su lui transmettre. « Il est un excellent pédagogue puisqu’il a de l’expérience, du vécu entrepreneurial. Il m’a même initié très jeune aux différents marchés financiers », déclare-t-il fièrement.

Édouard vient tout juste de démarrer Solutions BonGou Média, un service d’administration de médias sociaux clé en main, avec son indispensable partenaire, Christophe Goulet. Selon lui, « Il est brillant de s’associer parce qu’on peut mettre en commun nos forces complémentaires. Notre partenaire peut nous apporter une aide précieuse quand on est débordé. On n’est jamais seul. » Ce projet permettra à Édouard d’acquérir de l’expérience. « Quand on se part en affaires, on en ressort grandi. Apprendre concrètement dans la vraie vie… c’est la meilleure école. On applique enfin tout ce qu’on apprend théoriquement pendant de longues années de formation. »

À son entrée au Cégep Garneau, notre étudiant visait la présidence de l’association étudiante, mais il lui a manqué treize votes pour remporter les honneurs. Pensant que rien n’arrive pour rien dans la vie, Édouard a décidé de s’impliquer dans le club entrepreneur Garneau Travail en tant que directeur du département « Développement des affaires ». En plus d’organiser des événements entrepreneuriaux il conçoit des procéduriers afin d’assurer le bon fonctionnement de la relève du département qu’il a créé. Le jeune garçon ayant pour maxime que le travail est la clé du succès prévoit parfaire sa formation au HEC Montréal en administration des affaires.

Notre jeune entrepreneur est passionné d’histoire, son domaine d’étude actuel. Il rappelle l’importance d’étudier le passé pour en tirer des leçons et éviter de répéter les mêmes erreurs. « S’intéresser au passé pour un meilleur futur ». De plus, assidu aux faits de l’actualité, Édouard se fait un devoir de s’informer de ce qui se fait ailleurs pour se questionner, réfléchir et s’inspirer du meilleur.

Édouard adhère à un mouvement qu’il qualifie de « social businessman ». À ce titre, il trouve qu’il est très important de redonner à la société. « Quand on a réussi en affaires, il est naturel de contribuer dans sa communauté. » Il souligne aussi que l’argent n’est pas le seul moyen; « donner du temps, faire profiter de son expertise et de ses talents est tout aussi important ». D’ailleurs, Édouard est membre au Conseil jeunesse de Québec afin de représenter les jeunes Québécois auprès du Ministre fédéral Jean-Yves Duclos.

Pour notre jeune entrepreneur, la clé du succès n’est pas très complexe. « Respecter ses priorités est essentiel. Étant entrepreneur étudiant, on concilie amis – école – travail; plus tard, c’est la famille qu’il faut équilibrer… Tout en se gardant du temps pour soi. » déclare Édouard. D’après lui, un autre facteur d’équilibre serait de se fixer des objectifs réalistes : « Si nos objectifs sont difficilement ou trop facilement atteignables, on risque de se démotiver. On doit vivre du succès, progresser continuellement, afin de conserver un état mental sain et, ainsi, avoir des performances à la hauteur de ses espérances! Bien s’entourer et aussi quelque chose de primordial quand on crée une entreprise. »

Démarrer un projet est relativement facile, mais trouver des clients demande beaucoup plus de travail. Une des forces d’Édouard est sa facilité à entrer en contact avec les gens. Cela lui sert bien, puisqu’il n’hésite pas à cogner aux portes et à proposer ses services. « Dans toutes situations, professionnelle ou personnelle, il ne faut pas avoir peur d’aller rencontrer les gens. Bien souvent, les gens sont contents de discuter, de partager avec nous, les plus jeunes! Il faut parler aux gens, s’intéresser à eux et, surtout, lorsque c’est possible, apprendre d’eux. Avoir un bon carnet de contacts est très important. » Édouard est d’avis qu’il n’y a rien de facile en affaires et avoir l’appui de mentors est très précieux. D’ailleurs, Vincent Blanchette du Groupe Blanchette, un homme d’affaires de renom pour qui il a développé une grande admiration, l’a grandement motivé et lui a rappelé qu’il faut travailler constamment à se développer et à innover afin de créer sa propre chance. La maxime préférée d’Édouard illustre parfaitement sa volonté de réussir: « Je crois en la chance et plus je travaille, plus la chance me sourit », cite Édouard en reprenant les propos de Thomas Jefferson.

En voulant devenir Premier Ministre, Édouard est ambitieux, mais il a tout pour y arriver : passionné d’histoire et de politique, leader naturel, communicateur-né, intéressé par ce que vivent les gens, impliqué et engagé au sein de sa communauté, et inscrit en administration des Affaires prochainement. Alors, souhaitons-lui un parcours passionnant, à la hauteur de ses ambitions!

Toute l’équipe de l’ACEE tient à féliciter Édouard pour sa nomination d’ « Entrepreneur du mois d’octobre ». Pour souligner l’initiative entrepreneuriale des membres de clubs nommés entrepreneur du mois, l’ACEE remet 100 $ à Édouard  et COOPSCO lui offre gracieusement une carte-cadeau de 100$.

Pour suivre Édouard Bonnefis

Facebook

Pour suivre Solutions BonGou Média

Site web Solutions BonGou Média

Facebook   Solutions bongou média

Laisser une réponse

XHTML: Tags utilisables: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>