Entrepreneur du mois de janvier : William St-Pierre

Étant un jeune adolescent casse-cou, William se fabriquait des « jump » en bois pour ses sauts en vélo. 

Pour ce, il dessinait des plans en intégrant les notions scolaires de mathématique et de physique afin de s’assurer d’une structure solide et adaptée. Pratiquant des cascades en hiver, il avait même pensé se faire des rampes d’atterrissage en neige pour amortir les chutes! C’était de début de sa carrière comme ingénieur…

C’est lors d’un stage dans le Grand Nord comme inspecteur en bâtiment que William a pris conscience des coûts faramineux de la construction. Profitant de ses soirées calmes, notre étudiant faisait de la recherche pour trouver un moyen afin de construire plus rapidement et à moindres frais. C’est alors qu’il découvre l’impression 3D qui réduirait grandement les frais de transport puisque le poids pour un panneau de mur préfabriqué n’est que de 2,5 kg VS 25 kg en bois ou en acier.

William a le désir d’innover dans le domaine technologique. Au cours de ses études universitaires, il a défini une solution novatrice à une problématique de construction des bâtiments résidentiels et commerciaux. Les délais de construction étant interminables et la main-d’œuvre, très dispendieuse, notre génie a pensé à une solution en créant des panneaux de mur préfabriqués ultra légers, réduisant le temps d’installation en chantier.

Par contre, les entreprises technologiques sont relativement difficiles à développer; spécialement dans le domaine de la construction qui applique un grand nombre de normes et de standards. Le respect de ces normes est très important pour notre concepteur avisé qui doit faire preuve d’ingéniosité et de persévérance afin d’acquérir son homologation par le CCMC et d’être en mesure de commercialiser son produit.

Mission

La première motivation de ce projet est économique : optimiser le chantier de construction en réduisant le temps d’installation en chantier et la présence de machineries lourdes telles que grues et appareils de levage. Ceci permet une réduction du tiers du temps et du budget alloué au montage de la structure.

Mechasys a une mission environnementale louable. La fibre de verre recyclée évite l’utilisation de bois et d’acier. De plus, comme la structure est faite sur mesure par un procédé de pultrusion ( impression 3D à grande échelle ), il n’y a pratiquement aucune perte de matériel. La production de déchets en atelier et sur les chantiers est donc éliminée… pas de gaspillage ni de gestion de dépotoir!

Inspiration

William est grandement inspiré par Elon Musk et Guy Laliberté. Ces deux grands révolutionnaires font preuve de ténacité… une qualité que William admire et qu’il possède également. « On me traite de tête dure, mais ça me sert en affaires puisqu’il faut tenir à ses idées quand les autres ne croient pas en nos projets novateurs. »

Il y a un an, cet ingénieur en devenir a appris le mandarin dans le but d’aller vivre une session à Hong Kong. Impressionné par la grandeur des projets de construction chinoise, il a plutôt été déçu de constater que la sécurité des travailleurs n’est pas à la hauteur du budget alloué au chantier. « Les échafaudages précaires en bambou donnent le vertige! » Toutefois, William repart avec des connaissances, de beaux souvenirs, de nouveaux amis étrangers et le goût de voyager!

Actuellement, notre jeune entrepreneur travaille avec son partenaire d’affaires, Alexandre Lavoie. Chacun assure deux grands segments essentiels à la réalisation du projet : le développement du produit et la mise en marché. C’est d’ailleurs lors de la préparation au concours Le levier de ton idée que William a reçu un conseil qui lui sera désormais précieux « Développer et vendre parallèlement ». Notre inventeur nous met en garde de ne pas faire l’erreur de terminer complètement le prototype sans avoir déjà fait des démarches de commercialisation. « Il faut trouver des clients avant même d’avoir terminé notre produit. » D’après William, le plus important n’est pas d’avoir une idée, mais bien des ventes puisqu’un grand nombre de brevets ne voient pas le jour. « Une innovation est un mélange entre l’invention et la commercialisation » cite son professeur, Pierre Laferrière.

William et Alexandre s’apprêtent à conquérir les développeurs immobiliers puisque ce sont eux qui influencent les décisions. « Nous prévoyons commencer la prévente l’été prochain! » Pour compléter l’équipe, un troisième membre est recherché afin d’assurer l’aspect robotique.

Être aux études et entreprendre en même temps

La gestion du temps demeure le principal défi pour William, et pour la majorité des entrepreneurs! « Partager mon temps d’études avec le développement de mon projet demande de la vigilance puisqu’il serait facile de prioriser mon projet d’affaires au détriment de mes études. Toutefois, le titre d’ingénieur m’apportera de la crédibilité, ce qui n’est pas négligeable lorsque j’approcherai les investisseurs. (…) En étant à l’université, je bénéficie du réseau enrichissant de professeurs qui n’hésitent pas à me conseiller judicieusement pour toutes questions professionnelles. »

Et les clubs d’entrepreneurs étudiants?

« Les clubs entrepreneurs étudiants sont fabuleux pour les jeunes qui ont la fibre entrepreneuriale et qui veulent développer une idée d’affaires. C’est plaisant, ça permet de développer ses aptitudes professionnelles en plus de recevoir du soutien dans le développement de notre projet. Aussi, quand on s’implique dans le conseil d’administration du club, notre réseau de contacts est encore plus enrichi. »

Qu’est-ce que la réussite pour William St-Pierre?

« Pour moi, la réussite n’est certainement pas mesurable à l’argent. D’ailleurs, je ne crois pas que je pourrai, un jour, être satisfait. On veut toujours plus; on se fixe de nouveaux défis dès qu’on atteint un objectif. Je crois qu’on retire plus de satisfaction dans tout le processus plutôt que dans l’atteinte d’un but. Et un de mes objectifs est de contribuer à l’amélioration du monde de la construction. »

La compétition québécoise d’ingénierie

Du 25 au 28 janvier 2018, William participera à la Compétition québécoise d’ingénierie – CQI qui se tiendra à Sherbrooke. Quelques 250 étudiants provenant de 12 universités de génie des quatre coins de la province se feront compétition. L’événement a pour mission de faire rayonner le savoir-faire et le savoir-être des futurs ingénieurs grâce à des défis techniques visant à mettre à l’épreuve les compétiteurs. Nous souhaitons à William une belle aventure et la chance de pouvoir représenter le Québec par la suite.

Toute l’équipe de l’ACEE tient à féliciter William pour sa nomination d’ Entrepreneur du mois de janvier. Et pour souligner son initiative entrepreneuriale, l’ACEE lui remet 100 $  et COOPSCO lui offre gracieusement une carte-cadeau de 100$.

Pour suivre William…

Facebook

LinkedIn

Pour contribuer au développement du projet

Fleexer

Explication du projet – vidéo

Laisser une réponse

XHTML: Tags utilisables: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>