Entrepreneure du mois | Kim Lajoie

Une entrepreneure du mois est une étudiante membre du réseau qui possède une entreprise personnelle, qui travaille sur un projet d’affaires tangible ou qui est en processus de relève d’entreprise, et ce, durant son expérience club au postsecondaire.

 

Profil de l’étudiante entrepreneure

Nom : Kim Lajoie
Âge : 23 ans
École : Université du Québec en Outaouais, campus de Saint-Jérôme
Formation : Administration profil management et gestion des personnes (finissante)
Club entrepreneur : Club de FEU
Relève d’entreprise : Lajoie Assurance

 

Au cégep, Kim ne savait pas encore dans quel domaine elle souhaitait étudier, mais elle était certaine d’une chose : elle voulait faire quelque chose qui allait servir, qui allait aider les autres.  C’est en commençant à travailler dans l’entreprise familiale créée en 2012 par son père qu’elle a découvert la voie qui lui permettrait d’allier son intérêt pour la gestion et les relations d’aide : les ressources humaines. Découvrez l’histoire de Kim Lajoie, relève pour l’entreprise familiale Lajoie Assurance.

 

ACEE : Comment est né ton intérêt pour l’entrepreneuriat et la gestion?

Kim : Durant mon parcours collégial, je travaillais dans une épicerie, et même si j’aimais mon travail, je faisais trop d’heures et les horaires contraignants rendaient difficile la conciliation travail-études. Mon père m’a alors proposé de m’engager, me permettant ainsi de continuer à travailler tout en gérant moi-même mon horaire. C’était le meilleur des deux mondes! En travaillant avec et pour mon père, je me suis initiée à la gestion et j’ai découvert à quel point j’aime avoir des responsabilités.

Par la suite, à l’université, je me suis dirigée en administration, même si mon premier choix était plutôt la psychologie. J’y ai découvert les ressources humaines, une branche de l’administration qui réunit la gestion et les relations humaines, et ça m’a beaucoup plus. Finalement, mes implications parascolaires m’ont permis d’exprimer mon leadership et de développer des compétences que je ne croyais pas avoir.

Tout ça m’a amenée à considérer l’entrepreneuriat et la gestion comme une avenue intéressante.

 

ACEE : Parmi tes implications parascolaires, il y a notamment le club d’entrepreneurs étudiants de l’UQO, le club de FEU. Qu’est-ce que cette expérience t’a apportée?

Kim : Le club de FEU, l’UQO Show et le comité Fêtes constituent mes premières expériences d’implication parascolaire à vie et elles sont plutôt récentes. C’est une amie qui m’a convaincue de m’impliquer, et maintenant que je l’ai fait, je ne le regrette pas du tout, car chacun de ces comités m’a permis de grandir et d’évoluer. Mon implication dans le club d’entrepreneurs étudiants, notamment, m’a permis de développer compétences et des capacités que je ne savais pas que j’avais. Par exemple, dans le cadre de mon rôle de responsable de l’expérience participant pour notre gros événement annuel (le GREL – Grand Rendez-vous Entrepreneurial des Laurentides), j’ai dû apprendre à gérer toutes sortes de situations imprévues, j’ai aussi eu à monter sur scène pour parler devant un public. Et tu sais quoi? J’ai été plutôt bonne! (Rires) Je me suis découvert des talents et des intérêts qui m’aideront assurément dans la vie comme dans mon travail.

Les gens ne réalisent pas toujours à quel point l’implication ouvre des portes. Si je ne m’étais pas impliquée durant mon parcours universitaire, je n’aurais jamais eu la chance d’être nommée Entrepreneure du mois et je n’aurais pas non plus eu mon poste comme assistante de recherche. À tous ceux qui ne se sont jamais impliqués dans un projet ou un comité, je vous invite à le faire. S’impliquer, c’est découvrir des opportunités, et ça peut changer une vie!

 

ACEE : Parle-moi un peu de l’entreprise Lajoie Assurance; qu’est-ce que vous faites et qu’est-ce qui vous distingue?

Kim : Lajoie Assurance, c’est un courtier en assurance de dommage. Nous recherchons les meilleures assurances pour nos clients selon leurs besoins. On offre des assurances de dommages tant personnels que commerciaux. On a également un programme spécialisé pour familles d’accueil et résidences d’hébergement. Au niveau de nos services, c’est principalement ce qui nous distingue, parce qu’on est les seuls à offrir ce type d’assurance.

Aussi, comme nous sommes une petite entreprise familiale, notre approche est très humaine. On veut aider nos clients le mieux possible en leur offrant ce qui correspond le mieux à leurs besoins. On favorise la qualité plutôt que la quantité!

Au niveau de la structure, ce qui fait notre particularité, c’est qu’on est une entreprise qui fonctionne 100% en télétravail. Nos courtiers sont partout au Québec, tout comme nos clients!

 

ACEE : Et quel est ton rôle dans l’entreprise à l’heure actuelle?

Kim : J’ai commencé à travailler pour mon père en 2014, mon rôle a donc évolué avec les années.

Au départ, quand mon père m’a engagée, je faisais essentiellement des tâches administratives : je numérisais des dossiers, je faisais de la facturation de police d’assurance, je m’occupais de l’envoi de documents aux clients.

Après un certain temps, j’ai délaissé la numérisation des dossiers pour m’occuper de la signature des lettres de renouvellement, ainsi que de la facturation et de la comptabilité de base. J’en suis aussi venue à m’occuper de certains suivis avec les courtiers. Ça a été mes premières collaborations avec l’équipe et j’ai vraiment adoré.

Aujourd’hui, je forme ma sœur pour faire le travail administratif, tandis que de mon côté, je poursuis avec la facturation et quelques suivis clients, en plus de commencer à faire des tâches directement liées à mon domaine d’étude. Je prends part aux rencontres, je m’occupe des rapports et des documents RH et je fais de la gestion de conflits. Je m’impose de plus en plus dans tout ce qui touche aux ressources humaines. Finalement, je représente parfois l’entreprise dans certains événements ou congrès. Ça me permet de voir mon père à l’œuvre et d’apprendre de lui!

 

ACEE : Qu’as-tu apporté concrètement à l’entreprise depuis le début de ton implication?

Kim : Je dirais que j’ai contribué à implanter de meilleures méthodes de gestion des ressources humaines en me basant sur les compétences acquises au cours de mon parcours universitaire. Par exemple, j’ai effectué une description de poste et un profil de compétences pour l’entreprise. De plus en plus, je prends part au développement du département des ressources humaines en amenant un regard et un point de vue nouveau.

 

ACEE : Quels sont les défis auxquels on fait lorsqu’on reprend l’entreprise familiale?

Kim : Pour ma part, un des plus gros obstacles est la crédibilité, tant auprès des employés que de mon père. Étant la plus jeune et la « fille du boss », je ressens une pression supplémentaire, j’ai l’impression que je dois donner l’exemple et en faire plus pour justifier ma place et faire valoir mes points malgré mon peu d’expérience.

Travailler avec la famille, c’est à la fois un plaisir et un défi. Il peut être difficile parfois de tracer une ligne claire, surtout quand ton bureau est dans ta maison et que ton patron est aussi ton père!

Mais ces défis en valent la peine, parce que j’apprends énormément et j’ai beaucoup de plaisir à collaborer avec mon père.

 

ACEE : Pourquoi avoir décidé de prendre la relève?

Kim : J’aime travailler avec mon père. On apprend beaucoup l’un de l’autre et on a une belle dynamique. L’idée de poursuivre ce qu’il a commencé, de reprendre l’entreprise familiale qu’il a bâtie, ça me motive et ça me rend fière.

Aussi, comme j’aspire à enseigner à l’université plus tard, je pourrais concilier l’enseignement et la gestion de l’entreprise familiale.

 

ACEE : Qu’aimerais-tu réaliser au sein de l’entreprise dans les prochaines années?

Kim : Au niveau des ressources humaines, j’aimerais travailler à développer davantage la culture d’entreprise et le bien-être au travail. Comme tous nos employés sont en télétravail, c’est un défi de développer un sentiment d’appartenance envers l’entreprise et une belle dynamique entre les employés.

Je souhaite aussi poursuivre le virage vert que nous avons entamé puisque j’ai à cœur d’instaurer des pratiques plus écologiques.

 

ACEE : Quel est ton message pour tous les étudiants qui voudraient se lancer en affaires?

Kim : Je dirais à ces étudiants d’avoir confiance en eux, de croire en leur projet et de foncer. Même si c’est loin d’être facile, ça en vaut toujours la peine, ne serait-ce que pour le développement personnel que ça permet. La clé, c’est de trouver l’équilibre et de bien s’entourer. Pour le reste, tout est possible!

 

ACEE : Merci Kim et bon succès!

.

.

.

Toute l’équipe de l’ACEE tient à féliciter Kim pour sa nomination à titre d’Entrepreneure du mois d’avril 2019. Pour souligner son initiative entrepreneuriale, COOPSCO lui offre gracieusement une carte-cadeau de 100$.

.

.

.

À noter que les étudiants nommés Entrepreneurs du mois en 2019 sont ou ont été membres d’un club entrepreneur membre du réseau de l’ACEE dans l’année 2018-2019

Laisser une réponse

XHTML: Tags utilisables: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>