Entrepreneur du mois: Raphael Certain | Entrepreneur et scientifique

« Pourquoi? » est la question préférée de Raphaël, entrepreneur et étudiant en biologie. Passionné par la science du comportement et motivé par le désir de mener ses propres projets, ce jeune homme d’à peine 20 ans a co-créé la plateforme Neurotify. Celle-ci permet de déterminer les traits de personnalités et l’état émotionnel des individus par l’analyse linguistique. Grâce à cet outil simple et accessible, il souhaite disrupter le marché du recrutement et améliorer le bien-être et le développement des employés dans les entreprises. Comme quoi la science et l’entrepreneuriat vont de pairs!

Voici l’histoire de notre Entrepreneur du mois de mai 2019, Raphaël Certain.

 

Entrepreneur ou scientifique? 

La neuroscience… d’où vient ton intérêt pour ce domaine bien précis?

Enfant, en plus d’être de nature curieuse, j’étais très studieux. Les sciences m’ont toujours beaucoup intéressé, j’ai toujours aimé comprendre pourquoi. C’est principalement le comportement qui m’attirait : pourquoi ils font ça? Je m’étais d’abord tourné vers la biologie, mais à la suite d’un stage dans un labo où on étudiait le cerveau, j’ai réalisé qu’il y avait mille et une choses à découvrir sur le cerveau pour comprendre davantage l’être humain. Ça m’a vraiment fasciné! C’est pourquoi je me suis tournée vers la neuroscience : pour faire des découvertes sur le cerveau et les partager avec un maximum de personnes!

 

Est-ce que c’était un rêve d’enfant de devenir entrepreneur?

Non, en fait c’était plutôt le rêve d’un adolescent qui ne voulait pas avoir un simple emploi étudiant sans avenir. Je devais travailler, mais je voulais faire quelque chose qui avait un sens. J’avais de grandes ambitions et étais bien déterminé à vivre la vie de mes rêves.

J’ai commencé à faire des recherches et à lire des histoires d’entrepreneurs pour comprendre leur façon de penser. J’ai été captivé par les parcours de ces gens ordinaires qui ont réussi à accomplir l’extraordinaire. Au-delà d’Elon Musk, de Steve Jobs et de Mark Zuckerberg (qui m’ont inspiré, évidemment), j’ai découvert un entrepreneur qui, à tout hasard, venait de Toulouse – tout comme moi – et qui parcourt le monde pour les affaires. Je suis entré en contact avec lui et je lui ai posé des questions sur son parcours, je lui ai parlé de mes rêves. C’était une période où je manquais cruellement de confiance en moi et je remettais en doute nombreuses de mes relations.

Après quelque temps, voyant ma volonté de découvrir le monde des affaires et de comprendre comment on peut en arriver à réaliser de grands projets, il m’a pris sous son aile. J’ai beaucoup appris sur moi-même à cette époque, et c’est grâce au développement personnel que j’ai réalisé qu’il était possible d’atteindre ses objectifs, quels qu’ils soient. Quelques mois plus tard, j’ai créé ma première entreprise et j’ai tout quitté pour terminer mes études au Canada. Et me voilà!

 

En tapant ton nom dans Google, on tombe sur un site web présentant un programme appelé DECLIC. Tu peux nous expliquer ce que c’est?

Après mon parcours de développement personnel, j’ai commencé à vouloir partager mes apprentissages, mes connaissances et mon histoire avec d’autres. Je voulais inspirer les gens à faire ce dont ils ont vraiment envie, peu importe l’avis des autres et les barrières qui peuvent se placer sur leur chemin. J’ai d’abord démarré ma chaîne YouTube, où j’ai publié quelques vidéos dans lesquelles je partage mon avis sur différents aspects du développement de la vie d’un entrepreneur.

Découvrir sa chaîne YouTube

J’avais ensuite créé un programme appelé DECLIC. C’est un programme d’accompagnement de trois mois qui comprend 91 capsules audios de formation dans lesquels sont abordés les différents principes à appliquer pour transformer sa vie et développer des compétences de leader. Toutefois, j’ai réalisé que je préférais le contact humain et que l’approche par programme audio ne me le permettait pas.

J’ai donc arrêté le programme et j’ai commencé à faire du coaching avec des entrepreneurs il y a 6 mois. Je me sers de mes connaissances en neuroscience pour optimiser leurs capacités concernant tout ce qui est lié au cerveau (mémorisation, énergie, gestion du stress, prise de décision etc.) et les aider à se développer. Si vous saviez tout ce que le cerveau peut faire, c’est impressionnant! Avoir accès à ce savoir peut changer beaucoup de choses. C’est ce que je veux faire à travers le coaching, mais aussi avec mon projet Neurotify.

 

Neuroscience + entrepreneuriat = Neurotify 

Parle-nous de cette fameuse plateforme appelée Neurotify. Qu’est-ce que c’est?

Pour faire simple, c’est comme une version 2.0 du test de personnalité!

C’est une solution internet destinée aux entreprises qui permet de déterminer les traits de personnalité et l’état émotionnel d’un individu par l’analyse linguistique. On peut identifier environ 50 traits de personnalité en quelques secondes et dresser le profil d’une personne uniquement en analysant un texte qu’il a écrit! C’est idéal pour les équipes RH qui cherchent des candidats, ou pour les gestionnaires qui souhaitent optimiser les forces de leurs employés. En effet, il est possible à la fois de connaître le profil de personnalité d’un employé et de le positionner stratégiquement dans l’entreprise. Mais la réelle valeur ajoutée bénéficie surtout à l’employé. En étant positionné au poste qui lui correspond le mieux, ce dernier sera plus épanoui, plus efficace et restera plus longtemps dans l’entreprise.

L’application comporte plusieurs fonctions (team matching, stockage des profils, établissement des profils personnalisés, etc.) qui seront offertes selon le type d’abonnement choisi. Moins cher et plus accessible, cette solution est idéale pour tout type d’entreprise, peu importe sa taille et son budget!

 

Pourquoi avoir choisi ce secteur alors qu’il existe déjà des tests de personnalité?

On a remarqué que, la plupart du temps, les entreprises font passer des tests de personnalité uniquement aux quelques candidats qui se sont rendus à la fin du processus, et souvent juste pour des postes de direction. C’est compréhensible, puisque ces tests sont généralement longs et coûteux. Mais évidemment, les risques de passer à côté d’un bon employé dont on n’a pas su dresser un profil adéquat sont grands.

Grâce à Neurotify, on peut maintenant connaître le profil de personnalité d’un plus grand nombre de candidats et trouver celui qui correspond le mieux au poste à pourvoir grâce à la banque de données informatisée. Neurotify devient donc un outil indispensable pour le recrutement et l’optimisation des talents!

 

Comment ce projet est-il né?

L’idée vient de mon associé, qui a démarré le projet il y a quatre ans. Il a toutefois rencontré plusieurs problématiques qui l’ont empêché de développer son concept. Il cherchait aussi quelqu’un qui avait les connaissances scientifiques nécessaires au développement du logiciel.

Lui et moi, on s’est rencontrés dans le cadre du Coopérathon auquel j’ai participé, sous la recommandation de la personne-ressource du club d’entrepreneurs étudiants de l’UQTR, dans lequel je suis impliqué. Il m’a présenté son projet et m’a proposé d’embarquer dans l’aventure avec lui. Depuis, on a développé le logiciel, qui devrait être lancé en Amérique du Nord sur le marché anglophone dès septembre 2019.

 

Le Elon Musk des neurosciences

Quelle est ta vision, ton « rêve de p’tit gars » pour Neurotify?

Ma vision rationnelle et modérée, c’est que Neurotify fasse sa place dans les entreprises sur le marché anglophone, puis dans d’autres marchés éventuellement. J’aimerais aussi qu’on agrandisse l’équipe et qu’on fasse un bon chiffre d’affaires. Ce dont tout entrepreneur rêve, bref!

Le « p’tit gars » en moi, il souhaite conquérir, disrupter et « uberiser » le marché du recrutement, afin qu’entreprises et travailleurs bénéficient des avantages de cette technologie qui permet d’augmenter le bien-être et l’efficacité des employés grâce à une compréhension claire des personnalités de chacun. J’aimerais aussi développer de nouveaux produits pour augmenter le bien-être en entreprise (ex. : détection des maladies mentales pour en faire la prévention), et qui sait, peut-être ouvrir un labo de recherche pour développer d’autres technologies en intelligence artificielle.

Mon but est de faire des découvertes sur le cerveau et d’en faire profiter un maximum de personnes. Pourquoi ne pas aller toujours plus loin et devenir le Elon Musk des neurosciences?!

 

Quel est ton message pour tous ces étudiants qui aspirent à entreprendre?

Si j’avais une seule chose à dire à quelqu’un souhaitant concrétiser ses projets et entreprendre, ce serait de développer sa curiosité sur le fonctionnement du monde dans lequel on vit et de remettre en question ses croyances actuelles. « On ne sait pas ce que l’on ne sait pas », m’a dit un jour mon mentor, et alors que je doutais, il ajouta: « Vois aussi loin que tu puisses aujourd’hui, rends-toi et quand tu y seras, tu verras plus loin ».

Ce qui fait la différence entre les entrepreneurs à succès et ceux qui échouent, c’est que les premiers ont toujours gardé la foi en eux et en leur vision. « Connais-toi toi-même et tu connaîtras le monde », disait Socrate. Tout bon entrepreneur se connaît et sait parfaitement pourquoi il fait ce qu’il fait.

.

.

.

Toute l’équipe de l’ACEE tient à féliciter Raphael pour sa nomination à titre d’Entrepreneur du mois de mai 2019. Pour souligner son initiative entrepreneuriale, COOPSCO lui offre gracieusement une carte-cadeau de 100$.

.

.

.

Un entrepreneur du mois est un étudiant membre du réseau qui possède une entreprise personnelle, qui travaille sur un projet d’affaires tangible ou qui est en processus de relève d’entreprise, et ce, durant son expérience club au postsecondaire.

À noter que les étudiants nommés Entrepreneurs du mois en 2019 sont ou ont été membres d’un club entrepreneur membre du réseau de l’ACEE dans l’année 2018-2019

Laisser une réponse

XHTML: Tags utilisables: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>