Étudiante entrepreneure : Laurence Dubé, de Patinodrome Saguenay

Laurence Dubé_Patinodrome Saguenay

Si le vintage est à la mode, les patinodromes sont parmi ces endroits que les passionnés de patins et de musique disco se rappellent avec joie et souhaitent retrouver le temps d’une soirée… ou plus. Cet engouement pour cette activité iconique d’une époque pas si lointaine a incité Laurence Dubé à créer Patinodrome Saguenay, une entreprise de production d’événements de patins. En 2018, un premier événement, Retour à la Grosse Machine, a été coorganisé avec La Plug Production en hommage à l’ancienne Grosse Machine de Chicoutimi. Après le succès de la première édition, une deuxième se prépare pour 2021, et l’idée de faire des événements dans d’autres régions mijote dans la tête de la jeune entrepreneure.

Découvrez l’histoire de Laurence Dubé.

 

***

 

Comment s’est passée la première édition de l’événement « Retour à la Grosse Machine »?

Pour un événement qu’on a organisé très rapidement – en à peine un mois – on peut dire que ce fut un succès! On a accueilli près de 400 personnes au cours de la soirée. Avec une période d’organisation et de promotion plus longue, on aurait probablement eu encore plus de monde, mais considérant le contexte, on est heureux de la réponse positive des gens.

 

Qu’est-ce qui explique un tel engouement, selon toi?

Je crois que les gens sont nostalgiques de cette époque où les soirées se passaient au Patinodrome. C’est un symbole marquant pour toute une génération, et l’idée de pouvoir revivre cette époque le temps d’une soirée a suscité beaucoup d’enthousiasme. Les participants arrivaient avec leurs vieux patins et leurs vêtements colorés… c’était beau à voir!

 

Quelle est la prochaine étape?

J’aimerais organiser une deuxième édition du Retour à la Grosse Machine. Ce ne fut pas possible en 2019 et la pandémie actuelle me force à attendre au moins une année de plus, alors je vise 2021. Comme je suis seule sur le projet cette fois, je travaille déjà à la préparation de ce prochain événement.

 

Où en es-tu dans le projet actuellement?

En plus de la préparation logistique de l’édition 2021, je suis présentement en campagne de financement. Je vends des bonbons sucre d’orge pour couvrir une partie de la production de l’événement. Aussi, j’ai fait l’acquisition de 200 paires de patins au cours des deux dernières années, je dois donc les nettoyer et les réparer afin qu’ils soient propres et sécuritaires.

 

Jusqu’où veux-tu amener ton projet d’affaires?

Ma vision à long terme est de devenir un leader provincial du patin à roulettes vintage en réalisant des événements originaux un peu partout à travers les différentes régions du Québec. Dans cette optique, Patinodrome Saguenay pourrait éventuellement changer de nom pour quelque chose de moins local.

 

***

 

À quoi aspires-tu professionnellement?

Je n’ai pas de plan précis, j’aime voir ce que la vie me réserve. Je suis diplômée en gestion, j’ai aussi quelques autres petits bouts de papier en loisirs et psychologie. J’aime particulièrement l’organisation d’événements, donc j’aspire à mener des projets, quels qu’ils soient, tant qu’ils me stimulent.

 

D’où vient ton intérêt à entreprendre?

Entreprendre des projets a toujours été pour moi un loisir, une façon de m’occuper et de m’amuser, comme le sont le sport et les arts pour d’autres personnes. À force de toujours chercher de nouvelles occasions d’entreprendre, j’en suis venue à développer ma fibre entrepreneuriale.

 

Pourquoi t’être impliquée dans un club d’entrepreneurs étudiants?

Je me suis impliquée dans trois clubs en fait! Ceux du Cégep de Jonquière, du Cégep de Chicoutimi et du Cégep de Saint-Jérôme. Je tenais à faire une activité parascolaire dans chacun des établissements où j’ai étudié, et l’organisatrice de projets que je suis s’est dit que le club entrepreneur était un choix tout indiqué. J’ai appris beaucoup, tant au point de vue technique qu’interpersonnel, en plus d’avoir eu la chance de rencontrer et d’échanger avec des gens de différents milieux.

 

***

 

Qu’est-ce que tu trouves difficile dans le fait d’entreprendre?  

Se discipliner et être efficace tout en restant motivée, ce n’est pas toujours facile. Il y a des jours où ça va bien, et d’autres lors desquels je dois me recentrer vers mon objectif et garder le cap même si ça ne va pas comme je veux. De plus, le fait d’être seule dans mon projet vient avec une grande charge mentale.

Même si c’est très prenant, je dois dire que j’apprends beaucoup et que j’ai la chance d’être entourée de gens qui me donnent un bon coup de main lorsque j’en ai plein les bras.

 

Quel conseil donnerais-tu à un autre étudiant qui aimerait se lancer en affaires?

Je lui conseillerais d’aller chercher des ressources qui pourront l’aider à développer son projet. Il en existe plusieurs, tant dans les écoles que dans les villes ou les entreprises, il suffit de fouiller un peu.

 

***

 

Pour en savoir plus sur les activités de Patinodrome Saguenay, abonnez-vous à la Page Facebook et au compte Instagram.

Laisser une réponse

XHTML: Tags utilisables: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>