Étudiante entrepreneure : Émilie Pelletier, de Tuque & bicycle expériences

Émilie Pelletier_Tuque et bicycle expériences

Faire vivre des expériences hivernales uniques à partir du centre-ville de Québec, voilà ce que fait Émilie Pelletier avec son entreprise Tuque & bicycle expériences. Guide touristique certifiée et maintenant entrepreneure, la jeune femme initie les gens au fat bike dans le cadre d’une sortie guidée dans le Vieux-Québec et les alentours. Une bonne façon de faire du tourisme autrement… en hiver!

 

 

UNE EXPÉRIENCE TOURISTIQUE HIVERNALE

Qu’est-ce que l’expérience Tuque & bicycle?

C’est à la fois la découverte d’un sport et d’une ville! L’activité permet d’abord de s’initier au fat bike et de découvrir cette activité physique hivernale. C’est aussi une manière originale, différente et amusante de découvrir la Ville de Québec. On emprunte des chemins différents, on voit la ville sous un autre angle.

Du départ jusqu’à l’arrivée, le client vit une expérience complète grâce à une guide certifiée, de l’équipement sécuritaire, un trajet optimisé et adapté allant de la Basse-Ville jusqu’au Grand Marché de Québec, sans oublier la boisson chaude offerte durant le parcours! Cette activité d’environ deux heures a été réfléchie pour faire vivre une première expérience de fat bike qui est facile, sans stress et mémorable.

 

D’où t’es venue l’idée d’allier tourisme et fat bike?

En tant que responsable du développement des affaires chez Cyclo Services et guide touristique certifiée, j’ai rapidement constaté que les expériences touristiques uniques et authentiques sont de plus en plus en demande. Cyclo Services l’avait déjà compris depuis un moment et répondait à ce besoin en offrant des sorties guidées à vélo. L’idée de bouger, d’apprendre, de visiter et de sortir du centre-ville, tout ça en vélo, ça m’a beaucoup plu, même que ça m’a inspiré l’idée d’offrir ce service en hiver avec des fat bike.

C’est de là qu’est né Tuque & bicycle expériences, une entreprise incorporée qui opère dans l’enceinte de l’entreprise Cyclo Services. C’est un peu comme son équivalent hivernal!

 

ENTREPRENEURE DANS L’ÂME

D’où vient ton intérêt pour l’entrepreneuriat?

J’ai un instinct d’entrepreneure depuis que je suis haute comme trois pommes. Jeune, j’ai fait de nombreuses campagnes de financement pour mes compétitions de karaté et j’ai vendu mes services de gardienne avertie dans mon quartier.

J’ai toujours eu de la facilité à l’école, mais je ne me sentais jamais complète et je n’arrivais pas à choisir un seul métier. Lorsque j’ai découvert l’entrepreneuriat grâce à Entrepreneuriat-Études Limoilou, j’ai compris que c’était fait pour moi parce qu’enfin, je pouvais apprendre plein de choses différentes et tout faire en même temps. La diversité des tâches, des projets et des compétences, ça m’a vraiment allumée.

 

Quels ont été les impacts ton implication dans Entrepreneuriat-Études Limoilou?

Je me suis impliquée dans Entrepreneuriat-Études Limoilou uniquement à la fin de mon DEC, mais si j’avais su tout le positif que ça aurait amené dans les différentes sphères de ma vie, je l’aurais fait plutôt. Ça m’a aidée à me préparer au monde des affaires, à forger ma confiance et à assumer le fait que je suis une entrepreneure dans l’âme.

À travers mon implication, j’ai eu différentes opportunités d’apprendre, de rencontrer et d’expérimenter, et j’en ressens encore les impacts positifs aujourd’hui. Premiers contacts d’affaires, premier pitch d’idée, première visibilité dans ma communauté : ça m’a permis d’acquérir une solide base pour me lancer.

Même si je ne suis plus au Cégep, je m’implique encore auprès d’Entrepreneuriat-Études, notamment pour faire la promotion de l’entrepreneuriat au sein de l’établissement.

 

Quels sont les plus grands défis que tu as rencontrés jusqu’à présent?

Je ne peux pas passer sous silence la pandémie, surtout que je lance mon entreprise durant cette période. Évidemment, cet événement a un grand impact négatif sur l’industrie touristique et il engendre des coûts supplémentaires pour les entreprises. Néanmoins, j’essaie de voir le positif et de me dire que le contexte va me permettre de développer une clientèle locale, ainsi mon entreprise ne reposera pas uniquement sur la présence de touristes.

D’un point de vue de jeune entrepreneure, être seule est un défi du quotidien. J’aime être indépendante dans mes activités professionnelles, mais je ne nierai pas que parfois, j’apprécierais avoir quelqu’un pour m’aider et m’épauler dans la prise de décision et l’exécution des tâches.

 

PARTAGER SA PASSION

Où en es-tu avec le projet?

Le 3 novembre dernier, j’ai lancé ma campagne de sociofinancement avec La Ruche. Jusqu’au 14 décembre, les gens peuvent contribuer à mon projet d’affaires en achetant en prévente une initiation au fat bike. Avec cette prévente, j’espère financer mes opérations, c’est sûr, mais je veux surtout remercier les gens de me faire confiance.

À partir du 18 décembre, je commencerai à donner des activités d’initiation environ trois fois par jour. Ce sera mon premier hiver d’opération, j’ai tellement hâte de partager ma passion avec le public!

 

Quels sont tes objectifs?

Ultimement, j’aimerais devenir une référence au niveau touristique à Québec. À plus court terme, je compte développer des flottes de location mobile qui se promèneraient partout au Québec pour amener les gens à bouger l’hiver grâce au fat bike.

 

Quel est ton message pour tous les étudiants qui voudraient se lancer en affaires?

Ta seule limite, c’est toi! N’aie pas peur de te former, d’apprendre, de demander conseil. Considère tous les commentaires des clients et utilise-les pour rendre ton projet encore meilleur.

 

 

Pour découvrir Tuque & bicycle expériences ou pour participer à la campagne de sociofinancement, visitez le site web ou la page Facebook de l’entreprise.

Laisser une réponse

XHTML: Tags utilisables: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>