Étudiante entrepreneure: Alexia Maltais, de Brodame

Transformer l’abstrait en concret, voilà la mission que s’est donnée Alexia en démarrant Brodame. Parce qu’elle souhaite permettre à tout le monde d’exprimer sa personnalité et sa créativité à travers des vêtements uniques, elle offre aux entreprises et aux particuliers la possibilité de personnaliser chandails et accessoires grâce à l’art de la broderie.

Qu’est-ce que Brodame?

Brodame est une entreprise de production de broderie s’adressant aux entreprises et aux particuliers. On fait des broderies custom, mais on tient aussi des collections de vêtements brodés.

Contrairement aux autres compagnies de personnalisation de vêtements, on n’exige pas de quantité minimale lors des commandes de vêtements personnalisés. On croit que tout le monde devrait avoir accès à ce genre de service, même un particulier qui veut seulement faire broder un ou deux chandails.

Comment l’entreprise est-elle née?

Je travaillais depuis quelque temps au marketing chez Prône Brand, une entreprise de vêtements basée à Drummondville. Enrick, son fondateur, faisait déjà la broderie des vêtements. C’est lui qui m’y a initié, environ un an après mon arrivée au sein de l’entreprise. C’est un peu après que l’idée de créer une compagnie offrant le service de broderie est née.

J’ai lancé l’entreprise à l’automne 2020. Ça a grossi très rapidement, je ne m’attendais pas à une telle croissance. C’est la preuve qu’il y avait un réel besoin!

Comment ton désir d’entreprendre est-il né?

Je dirais que tout a commencé par ma rencontre avec Enrick. Avant de faire sa connaissance, j’étudiais en soins infirmiers. C’est lui qui m’a fait découvrir l’univers de l’entrepreneuriat à travers ses entreprises, ses études et le club entrepreneur du Cégep de Drummondville. À force de baigner dans cet univers, j’ai décidé de changer de programme. J’ai fait une année en technique de gestion, j’ai joint le club et j’ai commencé à travailler chez Prône. Toutes ces expériences m’ont permis de développer des compétences qui m’ont amenée à fonder Brodame un an plus tard. C’était comme la suite logique des choses.

Avais-tu déjà un intérêt pour l’entrepreneuriat?

Avec le recul, je crois que l’intérêt a toujours été là sans que je ne le réalise vraiment. J’ai commencé à étudier en soins infirmiers et mon plan était clair : après mon DEC, j’allais à l’université dans le but d’ouvrir mon propre cabinet et d’avoir mon bureau, mon équipe, mon horaire. J’avais donc déjà cette flamme en moi, ce désir de gérer, et baigner dans l’univers de l’entrepreneuriat l’a réveillée.

Comment se passe l’aventure entrepreneuriale jusqu’à maintenant?

Ça va vite, mais ça va bien! En un an, l’entreprise a grandi très rapidement, au point où je m’y consacre à temps plein maintenant. Je fais tout : production, marketing, service client, etc. J’ai donc appris très rapidement à gérer plusieurs choses en même temps.

Qu’as-tu appris sur toi jusqu’à maintenant?

En tant que grande anxieuse, je me mettais beaucoup de freins, remettant même en question ma capacité à entreprendre. Finalement, j’ai appris à gérer mon anxiété à travers le temps et les défis. J’ai aussi réalisé que je suis une personne très travaillante qui aime apprendre et qui a la débrouillardise de chercher les réponses à ses questions.

Diriger ma propre entreprise m’a aussi poussée à développer mon leadership. J’ai encore de la difficulté parfois à aller vers les gens, mais j’apprends et je m’améliore de plus en plus.

Qu’est-ce que ton passage dans le club d’entrepreneurs étudiants du Cégep de Drummondville t’a apporté?

Quand j’ai joint le club, j’ai réalisé que les membres n’étaient pas tous des entrepreneurs, mais plutôt des gens avec des intérêts communs qui voulaient découvrir et en apprendre plus sur l’entrepreneuriat. Je me suis donc tout de suite sentie à l’aise, à ma place. Réaliser des projets avec les autres membres du club m’a permis d’apprendre à gérer et à leader. J’ai aussi beaucoup appris de Mathieu, le coordonnateur du club.

Qu’est-ce qui s’en vient pour Brodame?

On a récemment fait l’acquisition d’un local commercial au centre-ville de Drummondville. Il nous servira de lieu de production, mais aussi de bureau et de boutique pour que les gens puissent venir nous rencontrer et choisir leurs vêtements. On a très hâte, l’ouverture se fera au début 2022.

À plus long terme, on aimerait franchiser l’entreprise et développer des services connexes afin d’élargir notre offre.

Que dirais-tu à un.e étudiant.e qui voudrait se lancer en affaires durant ses études, mais qui hésite?

Moi, je suis du genre préparée et organisée dans la vie, donc je lui dirais d’utiliser les ressources à sa disposition, de se créer un bon réseau de contacts et de bien s’informer. Mais surtout, il faut se faire confiance. C’est vraiment important.

 

Découvre Brodame sur Instagram, sur Facebook et sur le web.

Partagez cet article

Share on email
Courriel
Share on facebook
Facebook
Share on linkedin
LinkedIn