Entreprenant 2022: Nicolas Dostie, Arrière-Saison

Investis d’une mission éthique et écoresponsable, Nicolas Dostie et ses collègues ont créé Arrière-Saison, une entreprise de vêtements consciencieuse de l'éthique de travail des manufacturiers et de l'impact environnemental de ses opérations. Les sacs, vêtements et accessoires fabriqués à Montréal se démarquent par leur qualité, mais aussi par leur branding éclaté qui rappelle l’énergie de la jeunesse et le talent de la communauté créative montréalaise.

Des valeurs d’éthique et d’écoresponsabilité au cœur d’Arrière-Saison

Inspiré par les réalisations de la cohorte qui l’a précédé, Nicolas s’est inscrit au programme JA Québec lors de sa dernière année à l’école secondaire. C’est avec quatorze autres jeunes qu’il a décidé de créer Arrière-Saison, une entreprise de sacs éthiques et écoresponsables qui sauraient résister à nos hivers québécois. En tant que président, Nicolas a porté ce projet tout au long de l’année.

« Arrière-Saison : Représente la fin de l’automne et le début de l’hiver, comme une 5e saison. »

À la fin du programme, alors que la plupart des membres de l’équipe ont pris d’autres chemins, deux d’entre eux – dont Nicolas – ont choisi de poursuivre le projet pour faire de cette entreprise étudiante une marque reconnue par ses valeurs fortes et son style ultra éclaté.

Qu’aviez-vous en tête lorsque vous avez créé Arrière-Saison?

On voulait créer des produits de mode différents de ce qu’on trouve sur le marché. Plutôt que d’opter pour du fast fashion fabriqué en Chine, on a choisi de concevoir des sacs multifonctionnels qui conviennent aux besoins des utilisateurs et qui intègrent les principes du développement durable. Depuis 2019, notre gamme de produits s’est développée, mais notre mission est toujours la même.

Comment votre projet a-t-il été reçu?

Plutôt bien je dirais! On a une bonne réception de la clientèle, tant au Québec qu’à l’international. On a vendu aux États-Unis, en Europe, en Australie!

En 2020, dans le cadre du programme JA Québec, Arrière-Saison a remporté le titre de l’Entreprise de l’année au Québec, ainsi que le titre de l’Entreprise de l’année au Canada, dans la catégorie Manufacturier/Détaillant. Une belle reconnaissance, considérant tous les bons projets contre lesquels on était en compétition.

Quels sont les défis qu’on rencontre quand on démarre ce genre de projet?

Ouf, il y en a plusieurs! Déjà, se faire voir et se démarquer des autres est un gros challenge, surtout dans une industrie où des géants ont un quasi-monopole. Il faut réussir à communiquer ses valeurs à travers son image et son branding pour rejoindre les gens qui cherchent ce genre de produits. Heureusement, on a une super bonne équipe marketing.

Il y a aussi un défi de vente, car les produits éthiques et écoresponsables sont naturellement plus chers. Il faut parvenir à convaincre le consommateur que ça vaut la peine.

Au-delà de tout ça, juste le fait de devoir arrimer l’entreprise avec l’école et les autres implications parascolaires, c’est un défi d’organisation quotidien! Étant l’ainé d’une famille de six enfants, j’ai rapidement appris à jongler avec plusieurs dossiers en même temps, mais je mentirais si je dirais que c’est toujours simple.

Quels sont les avantages de travailler avec des fournisseurs locaux?

Pouvoir visiter les installations, parler avec les manufacturiers et bénéficier de leur expertise, c’est une opportunité incroyable pour un entrepreneur qui veut développer des produits de qualité. Ça nous permet de valider des choix de tissus et de retravailler la conception de nos produits directement avec ceux qui les fabriquent. On a aussi la satisfaction de savoir que les travailleurs ont de bonnes conditions de travail et un salaire juste, et ça, c’est important pour nous.

Évidemment, le processus n’a pas été simple. On a dû faire beaucoup de recherches et développer notre réseau de contacts pour trouver des manufacturiers qui correspondaient à nos critères. Ce fut un gros défi, mais on est fiers d’avoir réussi, car ça contribue à la valeur de nos produits.

Qu’est-ce qui s’en vient pour Arrière-Saison?

On a profité de la pandémie pour retravailler notre branding et notre site web, afin de mieux véhiculer nos valeurs et notre message. On s’apprête aussi à sortir une nouvelle collection de vêtements pour mars 2022 – stay tuned!

 

Entrepreneur dans l’âme

Entrepreneur dans l’âme, Nicolas a toujours eu cette ambition de démarrer son entreprise, sans vraiment savoir par où commencer. Le programme de création d’entreprise lui a certainement appris beaucoup sur le sujet, en plus de lui permettre de découvrir ses forces et de développer ses compétences. Il a d’ailleurs remporté la bourse Seymour Schulich Entrepreneurship Scholarship soulignant entre autres son esprit entrepreneurial dans le développement marketing et la croissance de l’entreprise.

Quel est ton rapport à l’entrepreneuriat?

Je crois que j’ai toujours aimé entreprendre, au sens de « réaliser des projets ». Je suis curieux et je suis assoiffé d’apprentissages. D’ailleurs, le confinement lié à la COVID m’a donné envie de m’occuper davantage. J’ai donc joint le club entrepreneur et la coop de mon cégep, de même que le comité TEDx de Brébeuf et le comité à la vie sociale.

Mais l’entrepreneuriat au sens de « se lancer en affaires », j’ai vraiment découvert ça durant mon parcours avec JA Québec. C’est là que j’ai réalisé que ça me plaisait et que j’avais le potentiel de faire beaucoup de choses. J’ai aimé cette expérience et je suis fier de l’avoir poursuivie au-delà du programme. Le bagage que j’ai acquis va certainement me suivre d’une façon ou d’une autre dans n’importe quel domaine où je choisirai de poursuivre mes activités professionnelles.

Parle-nous de ton implication dans le Club d’entrepreneuriat de Brébeuf.

On entreprend beaucoup de projets avec le club, mais les plus importants pour moi ont sans aucun doute été le concours de pitch, la semaine de l’entrepreneuriat avec ses kiosques et ses conférences, ainsi que la création du balado Entropologie, duquel j’ai été animateur l’an dernier. Cette année, je relève un nouveau défi, celui d’assurer la coprésidence du club.

Quel conseil donnerais-tu à un.e étudiant.e qui souhaite démarrer son projet, mais qui hésite?

Je lui conseillerais de se lancer, car c’est le parfait moment pour le faire, pour prendre des risques. On est jeune, on n’a que peu ou pas de responsabilités, on n’a donc rien à perdre et tout à apprendre!
C’est certain qu’il faut s’attendre à rencontrer des défis. Il faut de la constance, de l’organisation et de la volonté. Malgré tout, je crois que, pour tout ce que ça peut t’apporter au niveau personnel et professionnel, ça vaut vraiment la peine.

 

Découvre Arrière-Saison sur Instagram, sur Facebook et sur le web. Nouvelle collection disponible en mars 2022.

Courriel
Facebook
LinkedIn

Partagez cet article